Qui sommes-nous ?

Confrontations, association d’intellectuels chrétiens, rassemble des personnes qui veulent contribuer par la réflexion et le débat d’idées à la vitalité, à la créativité et à l’espérance dans notre société.

Nous suscitons des débats à partir d’expériences professionnelles et sociales d’hommes et de femmes, laïcs et clercs, chrétiens et agnostiques, qui pensent que le message évangélique peut donner du sens à notre monde multiculturel.

Voir la brochure de présentation de l'association

Voir la brochure institutionnelle

Nous avons la certitude que l’identité humaine se construit dans la recherche et le dialogue, y compris avec ceux qui en recherchent une autre.

Notre méthode voudrait articuler les savoirs qui mobilisent l’intelligence et la raison, avec l’expression de la subjectivité et des convictions de chacun dans un climat de respect et d’attention à l’autre.

 

Nos objectifs

Adhérer à l'association Confrontations

Adhérer

Faire vivre un lieu de recherche se référent à la foi chrétienne face aux transformations de la société et de ses référents culturels.

Susciter des groupes de travail et des réseaux sur des sujets sensibles en faisant appel à des experts et partenaires associatifs en testant les idées dans les débats avec d’autres, en organisant des colloques et en publiant les résultats.

 

Notre histoire

Lire la notice historique (2012)

Lire la notice historique

L’après-guerre

L’activité d’intellectuel chrétien s’est développée durant les années d’après guerre au sein d’un monde en pleine croissance économique où la question de la décolonisation se posait avec acuité. L’Église s’affirmait alors comme force vive alternative au marxisme, en suscitant un travail intellectuel d’humanisme critique principalement destiné à soutenir l’action de ses propres militants. Le CCIF (1) a joué durant ces années un rôle majeur, en lien avec l’épiscopat, pour élaborer et faire connaître ce travail.

Mai 68

Les évènements de mai 68 ont déclenché des crises parfois radicales dans la plupart des structures de l’Église, et le CCIF a alors disparu de la scène publique, faisant place à une nouvelle initiative, la création (1979) de l’association Confrontations, par des intellectuels chrétiens venant pour partie du CCIF, notamment René Rémond et Marcel Merle (2). Conformément au rôle élargi reconnu aux laÏcs par le Concile Vatican II, ils ont souhaité, dans une structure autonome par rapport à la hiérarchie ecclésiale, faire vivre un lieu de recherche se référant à la foi chrétienne face aux transformations de la société et de ses référents culturels. Le sous-titre choisi pour décrire la finalité de l’Association était alors : « Société, Culture, Foi ».

La mondialisation

Depuis le paysage mondial s’est profondément modifié, tout comme l’influence de l’Église et de ses institutions, dans des sociétés occidentales libérales et individualistes confrontées à la mondialisation et à la diversité culturelle, dans une Europe en quête de solidarités de valeurs et d’identités.

 

Notre méthode

Il s’agit de favoriser des situations d’élaboration collective. La finalité de ces confrontations constructives n’est plus en priorité de faire entendre les points de vue de chrétiens dans les débats de notre époque, mais surtout de favoriser une pensée créative, à partir des expériences professionnelles et sociales d’hommes et de femmes, laïcs et clercs, chrétiens et non chrétiens, qui veulent contribuer à la vitalité, à la créativité et à l’espérance, sans craindre de répliquer aux rivalités de pouvoir, aux abus du quantitatif, à la marginalisation des plus faibles, aux replis sur divers fondamentalismes.

Dans un climat de respect et d’attention à l’autre, chacun est invité à approfondir ses convictions fondées sur ses propres expériences et choix spirituels, comme un état de la question dans son for intérieur du moment. Ceci avec le souci de les conforter, de les confronter avec celles des autres, et de rechercher des formulations communicables. Il s’agit de s’engager avec une sorte d’audace à exprimer « ce dont je doute, et ce à quoi je crois au fond de moi ». L’animation des prises de parole et la gestion des différences, voire des tensions plus ou moins conflictuelles, visent à faciliter la meilleure liberté d’expression entre tous, dans le cadre qu’impose l’exigence d’une co-élaboration patiente et progressive.

En définitive Confrontations se veut être un lieu de débat, entre tous ceux, chrétiens ou non, désireux d’éclairer leur action par de l’élaboration symbolique. Car c’est sans doute cela dont nous manquons le plus aujourd’hui (3).

 


(1) : Centre Catholique des Intellectuels Français

(2) : Confrontations a été présidée successivement par René Rémond, Jean-Louis Monneron, Renaud Sainsaulieu (de 1981 jusqu’à sa mort en 2002), Catherine Grémion (jusqu’en 2005), Blaise Ollivier (jusqu’en 2007), Jean-Louis Piednoir jusqu’en mai 2011, Pierre de Charentenay jusqu’en 2012, Françoise Parmentier jusqu’en 2015. Confrontations est aujourd’hui présidée par François Ernenwein.

(3) : Le colloque « Penser l’humain » que nous avons organisé en Janvier 2005, et dont les Actes sont accessibles sur notre site, développe ce point.